La question de l’égalité, brûlante d’actualité, pose question. Bien sûr, nous sommes tous naturellement d’accord avec le principe général d’Egalité. Pourquoi les femmes seraient moins bien payées que les hommes, à un même poste ? Pourquoi un père serait moins méritant qu’une mère pour la garde des enfants ? Pourquoi une personne en fauteuil roulant ne pourrait-elle pas accéder à son bureau de vote ? Cependant, légiférer à partir de chaque cas paraît infini, aussi infini que les diversités qui nous constituent, et tout à fait contre productif. Pourquoi s’obstiner à écrire que tous les hommes sont égaux quand la réalité est complètement, et peut être de plus en plus, éloignée de ce concept. Pierre Bourdieu parlait d’égalitarisme formel qui conduit à traiter en « égaux en droits » des individus « inégaux en fait »*. Nos vies sont constituées d’inégalités, depuis notre naissance avec un patrimoine génétique et familial unique, et pendant chaque seconde de notre vie. Moins nous prenons cette réalité en compte et plus le cadre doit devenir contraignant. L’obligation de coller à un schéma intellectuel d’égalité, est salutaire dans l’idée, mais devient inhumaine dans la vie concrète. Prenons l’exemple du salaire égal pour un homme ou une femme dans l’entreprise. La question est elle que les femmes sont moins payées ou que la grille des salaires n’a aucune transparence ? Parce qu’on pourrait aussi faire des études comparatives des salaires des hommes sortis de grandes écoles et de ceux issus des universités, ou des femmes jeunes et jolies, et de celles âgées et laides, ou encore entre les tempéraments revendicatifs et les timides, etc… Il y a aussi des « inégalités ». Les textes ne peuvent pas régler ces questions parce que le problème est en amont, mais en utilisant l’écrit en référence, on s’autorise moins la confiance d’agir avec subtilité et circonspection. Ce sont les représentations qui doivent changer, si nous voulons un monde plus humain, et pour cela nous sommes tous égaux puisque nous pouvons tous agir dessus !

  • « La reproduction des inégalités sociales par l'école vient de la mise en œuvre d'un égalitarisme formel, à savoir que l'école traite comme "égaux en droits" des individus "inégaux en fait" c'est-à-dire inégalement préparés par leur culture familiale à assimiler un message pédagogique. » Pierre Bourdieu - La reproduction , 1966.